Un auteur, un titre,
un ISBN



S'abonner à
notre lettre
d'information



Et de Germaine Tillion aux Éditions Tirésias : L’Afrique bascule vers l’avenir, Ces pages publiées pendant la guerre d’Algérie où l’auteur analyse les problèmes d’un grand pays rural où sa démographie l’obligera à devenir citadin. Et elle appellera cette situation du mot « clochardisations ». Les ennemis complémentaire —Initialement baptisé Deux terrorismes face à face – le français et l’algérien—, cet ouvrage nous fait revivre minute par minute les événements d’Algérie de la tragédie de Sétif à la déclaration de l’Indépendance algérienne.

Et a participé à Elles et Eux et l’Algérie, La Foire à l’Homme, Les Bibelforscher et le Nazisme




 




 
 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Germaine Tillion au Panthéon par Véronique Le Panthéon comme une reconnaissance de la grandeur humaine de quelques-uns de nos concitoyens qui à eux seuls suffisent à sauver l’honneur et grandeur d’un peuple. En ce mois de février 2014, le gouvernement de la France a décidé de l’entrée dans l’Antre du souvenir et du mérite national de Madame Germaine Tillion. Et nous voudrions attirer votre attention sur les Éditions Tirésias qui ont grâce à la grande sagacité de leur fondateur relancé les combats de Germaine Tillion, cette femme à la destinée hors du commun, quand au mitan de l’oubli général, personne ne se souciait du parcours d’exception de cette ethnologue de formation. En effet, Michel Reynaud rencontre Madame Tillion dans les années 1990 et presque immédiatement une grande amitié les lie, autour de la littérature et de la poésie. Leur complicité ne s’arrêta pas là. Et Michel Reynaud nous livra L'enfant de la rue et la dame du siècle. Comme l'a écrit Charles Sylvestre: « Michel Reynaud restera peut-être comme le portraitiste le plus attachant de Germaine Tillion… il a eu avec elle des entretiens aussi affectifs qu’impétueux qui font de son ouvrage une sorte de portrait sauvage. Il en ressort un voyage assez extraordinaire dans le temps et dans l’espace. De bout en bout, on est tenu en haleine par la traversée de ce maquis d’événements de la Résistance, du camp, de la guerre d’Algérie, par un récit bourré d’anecdotes savoureuses, et par un humour joyeusement noir. Michel Reynaud, en s’attachant aux aspects qui font polémique, en particulier concernant son rapport au communisme, aide à mieux cerner son comportement. Quand la guerre d’Algérie la prend au dépourvu sur la question de l’indépendance, elle qui n’est pas anticolonialiste se dresse contre le pire… » L'Humanité. Ou Florence Beaugé:« C'est un livre d'entretiens qui mériterait d'avoir un large écho dans la presse et intéressera plus d'un historien. "L'enfant de la rue", c'est Michel Reynaud, poète, historien, éditeur atypique. La "dame du siècle", c'est Germaine Tillion résistante, déportée à Ravensbrück, ethnologue, médiatrice dans le conflit algérien, l'un des grands témoins du XXe siècle, née en 1907 et décédée en 2008. A priori, tout séparait ces deux êtres : la naissance, l'âge, les études, le milieu familial... Mais tout cela, ajouté à l'amour des mots et du livre, les lia, intellectuellement et poétiquement, au sens littéral du terme. Leur amitié est née dans les années 1980. Dès le départ, une "passerelle" scelle leur histoire : l'amour qu'ils ont reçu de leurs mères. Ce qui a sans doute rapproché Germaine Tillion de Michel Reynaud, des décennies plus tard, c'est que lui aussi aura été, à sa façon, un résistant. L'obsession de la mémoire est un autre point commun à ces deux résistants. Avec L'Enfant de la rue et la dame du siècle, Michel Reynaud et Germaine Tillion nous offrent une rencontre exceptionnelle, entre Histoire et intimité. L'ouvrage fourmille d'anecdotes ou de faits précis, certains bouleversants…» Le Monde  À NE PAS MANQUER